Léonard de Noblac, saint limousin fêté en ce dimanche 6 novembre !

Saint Léonard, ermite dans le Limousin (Vème – VIème siècle)

Le 6 novembre, nous fêtons Saint Léonard de Noblac.

Invoqué pour les accouchements heureux, la Délivrance des Prisonniers, contre les maux de tête et les maladies de langueurs des enfants. – Saint Patron des forgerons, serruriers, chaudronniers, houilleurs, porteurs d’eau, portefaix, fruitiers, beurriers et tonneliers.

correggio_063

Le Corrège (Il Correggio), Quattro santi (de gauche à droite : Saint Pierre, Sainte Marthe, Sainte Marie-Madeleine et Saint Léonard de Noblac), 1517.

Parmi les jeunes seigneurs francs de la cour de Clovis qui abjurèrent le paganisme après la bataille de Tolbiac (qui eut lieu en 496), il y avait un brillant officier nommé Léonard. Pour des hommes de cette trempe, la vertu commune ne suffit pas : il se fit moine. À l’école de saint Rémi, près duquel il se fixa, il fit de rapides progrès dans la vertu. « Il était affable dans ses entretiens, fidèle à ses promesses, prodigue par ses aumônes, modeste en ses paroles, humble et simple en tout. » Clovis, informé par la voix publique de sa sainteté et des merveilles que Dieu opérait par ses main, voulut le faire évêque; mais Léonard refusa : « Eh bien! lui dit le roi, demandez-moi quelque grâce, je vous l’accorderai. – Ô prince ! dit Léonard, accordez-moi le pouvoir de visiter les prisons et de délivrer les prisonniers que je jugerai dignes de cette faveur. » Clovis fut heureux d’y consentir.

Le saint moine passa quelques temps à Orléans (Loiret), près de saint Mesmin, abbé de Micy, pour se former aux règles de la vie monastique, puis il traversa le Berry, où il prêcha la foi à des populations encore païennes et obtint un succès immense par sa parole et par ses nombreux miracles.

De là il se rendit en Aquitaine et chercha un lieu solitaire pour se livrer à la prière et à la contemplation des choses célestes. Il trouva cette retraite dans la forêt de Pacevin, près de Limoges (ville dont Saint Martial, évangélisateur de l’Aquitaine, est le saint patron), s’y construisit un oratoire et une cellule et y mena, pendant vingt ans, une vie plus angélique qu’humaine, dont Dieu seul a le secret.

Il pria pour que l’épouse du roi des Francs mît au monde un enfant mâle, ce qui advint. En récompense, il lui fut donné des terres à Nobiliacum (Noblat), où il fonda une abbaye. Un village s’établit à l’entour, qui fut nommé en son honneur Saint-Léonard-de-Noblat (notes 1, 2, 3).

À sa parole, une source d’eau vive sortit de terre pour alimenter son ermitage. La solitude de ces lieux autrefois sauvages fut bientôt envahie. Une infinité de malades se faisaient transporter auprès du saint et obtenaient leur guérison ; d’autres venaient entendre sa parole et recevoir ses avis. Mais surtout les prisonniers échappés de leur cachot par l’effet de ses prières venaient lui présenter leurs fers en hommage (c’est la raison pour laquelle Saint Léonard est représenté avec des fers rompus) et recevoir de lui les leçons de la pénitence et de la vie chrétienne.

Voici plusieurs prières relatives à la délivrance des Prisonniers tirées de divers manuscrits :

Inclusorum liberator, Leonarde, miserator, Tu me velis eripere. A sempiterno carcere.

Léonard, compatissant libérateur des prisonniers, Veuillez me délivrez de l’éternelle prison.
(Manuscrits français, Bibl. Nat. N°442, fin du XVème siècle, p. 47).

Coesis visum tribuit, Mulis vocem proebuit, Carceratos eruit Leonardus. Confractor Carcerum. Pro nobis Dominum, Digneris orare superum.

Léonard a donné la vue aux aveugles et la parole aux  muets et a délivré les prisonniers. Vous qui brisez les fers des prisonniers, daignez prier pour nous le Dieu du ciel.
(Vieux missel gothique d’Alsace, cité par le P. Cahier).

At Leonardo contulit almo divina gratia, Solvere captos diraque ferri frangere vincula.

La grâce divine a donné à saint Léonard. Le pouvoir de délivrer les captifs et de briser les rudes chaînes de fer.
(Manuscrit latin, 1082, de la Bibl. Nat., XIIIème siècle).

saint-leonard-noblac-ic-8016

Note 1 : Le nom de la ville ne change pas, il s’écrit toujours Saint-Léonard-de-Noblat. Ses habitants sont les Miaulétous(es).

Note 2 : Concernant le Saint ermite, on peut écrire Saint Léonard de Noblac ou Saint Léonard de Noblat. Saint Léonard de Noblac est aussi nommé, plus rarement, Léonard de Limoges ou Léonard le Noblet.

Note 3 : Comme indiqué dans l’article, il existe actuellement, dans le département de la Haute-Vienne (Limousin), une ville qui porte le nom du saint ermite (la ville compte environ 4500 âmes). C’est un des nombreux hagiotoponymes du département (comme Saint-Yrieix-la-Perche, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Priest-Taurion, Saint-Just-le-Martel, Saint-Gence, Saint-Junien, Saint-Victurnien, etc.) Certes, avant d’être une terre où le purin maçonnique fit florès, le Limousin fut un refuge pour les saints et une terre bien catholique.

Source utilisée : Louis Du Broc de Ségange, Les Saints Patrons, tome II, pages 421 à 425.

Martial Léonard

Publicités